La dépose des obturations dentaires métalliques

Depuis de très nombreuses années, l’obturation des cavités de carie dentaire s’est réalisée de manière commune avec des matériaux métalliques.
En raison de l’usure ou du vieillissement de ces matériaux, leur dépose peut être recommandée.
Il convient alors de respecter un plan de traitement rigoureux afin de préserver l’organisme du patient du contact avec des métaux potentiellement agressifs comme le mercure ou le nickel par exemple.
Ce plan de traitement doit être personnalisé en fonction du type, du nombre et de la taille des obturations déficientes ainsi que de l’état physiologique du patient.

Il fait appel à des dispositifs de protection rigoureux du patient et du praticien :

. de manière globale par renforcement généraux du système immunitaire en utilisant  par exemple des compléments alimentaires comme préconisé par l’European Food Safety Authority (EFSA Journal 2010; 8(2):1489) avant, pendant et après la dépose et par l’utilisation de protections corporelles (lunettes, combinaisons, …) ;

. de manière locale par mise en place de champs opératoires (digue), d’aspiration performante périphérique, d’utilisation de fraises neuves spécifiques à la dépose, par fractionnement et non usure des anciennes restaurations ;

tout ceci dans un local ventilé et aéré en continu.

C’est lors d’une observation clinique individuelle spécifique que sont choisis ces traitements, leur chronologie et les éventuelles prescriptions.

Après cicatrisation, de nouveaux matériaux non métalliques assurent, de manière pérenne, la reconstitution de ces cavités.

PARODONTIE

La maladie parodontale ou parodontie est une maladie inflammatoire chronique ayant une origine multifactorielle.

Elle résulte de l’accumulation de populations bactériennes qui se multiplient et créent des écosystèmes qui deviennent destructeurs pour l’individu. Les systèmes d’attache de la dent (gencive et os) finissent par être détruits ce qui peut aboutir, si aucun traitement n’est mis en place, à des gènes puis des déséquilibres masticatoires et, malheureusement, à la perte des dents.

Cette inflammation locale chronique peut avoir des conséquences néfastes sur le plan de la santé générale, notamment au niveau cardiovasculaire, pulmonaire, ou diabétique. Il existe également des risques lors de la grossesse ou dans des pathologies chroniques comme les rhumatismes inflammatoires.

Les thérapeutiques à mettre en place ont pour but à la fois d’arrêter le développement bactérien et de stopper l’inflammation.
Pour assurer une guérison à long terme, les traitements doivent ainsi associer des interventions locales (détartrage, curetage, stérilisation laser, …) tout en apportant un rééquilibrage sur le plan global de l’organisme (modification et/ou rééquilibration nutritionnelle, diminution du stress,…).

 

Cas clinique traité au cabinet

Situation initiale

La patiente vient consulter en raison de mobilités dentaires, de douleurs et d’inconfort masticatoire.

La radiographie montre des pertes osseuses importantes.

Traitement

Le traitement mis en place associe des corrections alimentaires afin de réduire les fuites de calcium, la mise en œuvre d’un brossage plus adapté et efficace et le nettoyage des gencives au laser.

Radiographie réalisée à la fin du traitement montrant un gain osseux.

Phase de maintenance

La patiente maintient une hygiène de vie alimentaire et buccale satisfaisante.
Les résultats obtenus sont pérennes et la patiente a retrouvé un confort masticatoire apprécié.

Radiographie à 6 mois illustrant le maintien du capital osseux.

LE DETECTEUR OLIGOSCAN

Il s’agit d’un  spectrophotomètre associé à un logiciel adapté pour la détection et la lecture des retours photoniques des cellules épithéliales de l’épiderme. Ce dernier nous fournit des données sur la biodisponibilité des minéraux intracellulaires du corps humain, à partir d’un test de résonance d’une zone du corps, à savoir le derme palmaire.

Une évaluation du stress oxydatif permettra de mieux comprendre le terrain du patient. Le stress oxydatif fait référence à une situation dans laquelle une quantité très importante d’oxygène résulte d’une production en grande quantité de « radicaux libres », c’est-à-dire d’atomes disparates qui possèdent sur leurs orbites externes un électron négatif qui devient instable. Dans ces conditions, ces atomes agissent comme des chasseurs d’électrons, captant l’électron de différentes substances, rendant alors ces substances instables.

Cette démarche est le fondement d’une approche globale, dynamique et intégrative de la santé.

 

Analyse des taux cellulaires de minéraux, d’oligoéléments et de métaux lourds

Les minéraux et oligoéléments sont des éléments indispensables à la vie et à l’équilibre de l’organisme. Ils servent autant d’éléments qui structurent le corps que de catalyseurs pour toutes les réactions biochimiques de notre organisme.

Ces éléments sont apportés par notre alimentation mais nous nous apercevons aujourd’hui, que nombre d’entre nous sont en carence importante (alimentation dénaturée, pollution, stress…) ou en excès (intoxication aux métaux lourds, médicaments, résidus industriels, hydrocarbures…).

Ces déséquilibres entraînent de nombreux et profonds troubles métaboliques.

Notre mode alimentaire n’est plus adapté à nos besoins, notre activité physique n’est plus appropriée à notre constitution, nos rythmes de vie ne sont plus conformes à notre biologie !

Les autorités sanitaires estiment qu’au moins 90% de toutes les maladies chroniques peuvent être attribués à la pollution de l’environnement d’une manière ou d’une autre. Les métaux lourds sont la principale source pour la production de radicaux libres ainsi que porter atteinte à l’environnement interne et la chimie du corps. De plus les métaux lourds réduisent l’efficacité du traitement médical jusqu’à 60%.

Il y a peu d’espoir pour les antioxydants et suppléments minéraux qu’ils fassent leur travail correctement, si le corps est accablé par des métaux lourds!

 

Comment peut-on connaître et évaluer les conséquences de toutes ces perturbations journalières sur le fonctionnement de nos organes, de nos tissus et de nos cellules ?

Nous verrons que les niveaux oligo-minérales sériques ou ceux mesurés dans les urines et même ceux mesurés dans les cheveux ne sont pas satisfaisant car ne représentant qu’une partie de la réalité.

Jusqu’à aujourd’hui, il était extrèmement difficile et coûteux d’analyser la bio-disponibilité des minéraux et oligoéléments dans le corps. En effet les niveaux oligo-minérals sériques correspondent à des apports de minéraux qui sont en train de circuler au moment où le prélèvement est réalisé. Le sérum sanguin maintient ses niveaux en minéraux grâce aux autres organes du corps par un mécanisme hémostatique. Ces niveaux sont fluctuants.

Les niveaux des minéraux dans les urines sont des apports de minéraux qui sont excrétés à un moment donné. Ils sont également très fuctuants.

L’analyse oligo-minérals des cheveux montre ce qui a été métabolisé dans le passé, et est très sensible à la pollution affectant les cheveux: (teinture, gaz d’échappement…)

Pour ces raisons, les cellules épithéliales deviennent un tissu de choix lorsque l’on souhaite déterminer les réserves minérales dans le corps.

Avec l’avancée des recherches, l’interprétation des niveaux (concentrations) et des taux de minéraux prennent une importance capitale, qui devient évidente. Les cellules épithéliales du derme palmaire sont un tissu facile à utiliser parce qu’elles peuvent répondre avec des émissions envers un stimulus fréquentiel.

L’OligoScan permet d’utiliser les données technologiques de la spectrophotométrie au profit d’une méthode de bioanalyse rapide, simple et dont les données sont essentielles pour bien conseiller ses patients.

L’analyse minérale des cellules épithéliales du derme palmaire apporte beaucoup plus qu’une simple mesure du niveau des minéraux dans l’alimentation. Il mesure l’efficacité métabolique avec laquelle certains minéraux sont déposés dans la protéine qui est en train de se synthétiser et peut être relié à toute une gamme de critères métaboliques subtils, utiles pour le diagnostic, qui n’ont aucune relation avec l’ingestion ou non d’un minéral déterminé(Bland).

Les niveaux oligo-minérals dans les cellules épithéliales sont des apports de minéraux qui ont été stocké dans les tissus pour assurer le métabolisme. C’est pour cela que les déficiences ou les excès minéraux seront décelés, d’abord dans les cellules épithéliales, parfois des mois ou des années avant que les niveaux dans le sérum deviennent anormaux.

Cette sensibilité peut être considérée comme un triomphe pour tout opérateur agissant par rapport à une vivion holistique et préventive de la santé.

Ce type de détection et d’analyse peut être utilisé de façon systématique pour la détermination précoce (asymptomatique) au niveau cellulaire, des déséquilibres de la biodisponibilité minérale et de l’accumulation d’éléments toxiques.

L’analyse, de part sa précision, peut être utilisé comme un guide de nutrition basique, et par conséquent d’hygiène préventive. Son utilisation peut contribuer dans le protocole thérapeutique adapté à chaque cas (patient).